La mission de la CSC est de documenter les modifications de la cryosphère alpine. De plus, elle est responsable de la supervision de tous les réseaux nationaux de suivi à long terme de la cryosphère.en plus

Image : NASA Earth Observatory, Jesse Allen and Robert Simmonen plus

CSC en bref

La Commission Suisse pour l’observation de la Cryosphère (CSC) a été fondée en 1893 sous le nom de Commission glaciologique et fait actuellement partie de la plateforme Géosciences de l’Académie Suisse des Sciences Naturelles (SCNAT). La mission de la Commission est de documenter les modifications de la cryosphère alpine dans le contexte des changements climatiques. De plus, elle est responsable de la supervision de tous les réseaux nationaux de suivi à long terme de la cryosphère. La Commission travaille en étroite collaboration avec la société Neige, Glace et Pergélisol (NGP).

Ausblick auf Alphubel, Rimpfischhorn, und Strahlhorn mit Adler- und Findelengletscher
Ausblick auf Alphubel, Rimpfischhorn, und Strahlhorn mit Adler- und FindelengletscherImage : Martin Hoelzle

La neige et la glace représentent des facteurs environnementaux fondamentaux pour les activités humaines (climat, ressource en eau, dangers naturels, éducation, économie, etc.). L’observation de la cryosphère tient un rôle prépondérant parmi les divers réseaux de surveillance cherchant à documenter les changements climatiques. En 2008 le Département Fédéral de l’Intérieur s’est prononcé pour le maintien d’un financement à long terme des séries de mesures renforçant ainsi l’influence de la Suisse dans l’observation mondiale du climat, en particulier pour les glaciers et le pergélisol. Le financement est assuré par le Global Climate Observing System (GCOS), Météosuisse, l’Office fédéral de l’environnement et l’Académie Suisse des Sciences Naturelles ainsi que par les universités et les instituts de recherche.

Événements, Annonces, Publications

La Place de la Concorde du Grand glacier d’Aletsch a perdu 4,7 mètres de glace.

Deux années extrêmes anéantissent 10% du volume des glaciers suisses

Les années extrêmes se succèdent: après avoir perdu 6% de volume en 2022, les glaciers suisses ont encore fondu de 4% en 2023 – deuxième plus gros recul depuis le

Image : Matthias Huss
Vue avec le drone du glacier rocheux de Val da l’Aqua (Parc National Suisse, Zernez)

Les glaciers rocheux de l’Engadine sont l’un des 100 sites du patrimoine géologique global

100 sites géologiques de tout le Globe ont été sélectionnés par l’Union Internationale des Sciences Géologiques (UISG/IUGS) comme éléments de référence pour leur importance dans la compréhension de la Planète

Image : A. Cicoria
Sur la place Concordia, au centre du grand glacier d’Aletsch (VS), la couche de glace a fondu de plus de six mètres au cours de la dernière année.

Pire qu’en 2003 : jamais la fonte des glaciers suisses n’avait été aussi rapide

L’année 2022 a été catastrophique pour les glaciers suisses : avec un hiver où il a très peu neigé et un été avec des vagues de chaleur persistantes, tous les

Image : M. Huss